Mes derniers avis

Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie


Americanah
de Chimamanda Ngozi Adichie
Fourth Estate (2013)
Publié en VF aux éditions Gallimard et en poche aux éditions Folio
477 page

Originaire du Sud-Est du Nigéria, la romancière a effectué ses études aux Etats Unis. Elle partage maintenant son temps entre les deux pays. Ses romans ont été traduits en une trentaine de langues et ont été couronné de plusieurs prix littéraires.

Synopsis

«En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.» 

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre. 

Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés? 

Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.


Mon avis


J’ai découvert cette petite perle par Cindy Van Wilder. Sa chronique lue, je me suis précipitée sur le net pour lire les premières pages du roman. Happée par la voix d’Ifemelu, je me suis empressée de le commander et de me plonger dedans. C’est une lecture qui m’a demandée du temps. Pas que je m’y sois ennuyée, loin de là. Mais Americanah est un petit pavé d’une grande richesse dans lequel j’ai souhaité avancer doucement. Il m’aura surpris à tous points de vue. 

La progression du récit, par exemple, pourra en perturber plus d’un, mais j’ai pour ma part adoré. Le roman se joue en effet des époques et des narrateurs, et s'assaisonne d’articles de blog. Je n’ai pourtant eu aucun soucis à rentrer dedans. C’est un petit bijou d’immersion aux voix envoûtantes qui m’a emportée dès les premières pages.

C’est aussi une rencontre avec une plume à la personnalité très affirmée. Je n’avais encore jamais rien lu de Chimamanda Nogozi Adichie, mais il est certain que j’y reviendrai. Son style est d’une grande fluidité, tout en étant pourtant très travaillé. J’ai depuis eu l’occasion de visionner des vidéos de certaines de ses interventions (TED Talks entre autres) et j’y ai retrouvé le même mélange de force et de limpidité. Elle prend également le temps de donner de l’épaisseur à ses personnages, les laissant se révéler par petites touches. Et ce qu’elle nous offre ici c’est un roman un peu improbable, vibrant et brillant de toutes ses facettes. Americanah ne se laisse pas étiqueter et c’est tant mieux !

C’est une belle histoire d’amants perdus tout d’abord, une romance aussi tendre que touchante qui retrace les errances et rapprochements d’Ifemelu et Obinze, un couple pour lequel tout est tout de suite très naturel. Mais à travers eux, c’est aussi le portrait d’une jeunesse nigériane, de ses rêves d’expatriation, des faillites d’un gouvernement et des aléas d’un système éducatif. 

C’est une réflexion sur l’identité également, l’immigration et la condition noire, du Nigéria aux États-Unis en passant par l’Angleterre. Ifemelu part poursuivre ses études à Philadelphie et s’y découvre noire, confrontée au racisme et à une vision réduite de l’Afrique. Obinze, lui, se voit refuser son visa et tente désespérément sa chance en Grande-Bretagne, tombant dans l’illégalité et ses difficultés. Puis ce sera le retour et la réadaptation au pays au sein d'une classe aisée, changés par leurs aventures. Tous deux nous offrent ici une expérience de l’exil d’une grande sensibilité. Certes, c’est celle d’une certaine intelligentsia, mais elle est un peu nuancée par les rencontres qu’ils font.  

Et à travers cela, le roman révèle des réalités autres pour ceux qui n’y sont pas confrontés. Pas de grandes révélations, mais la complexité et la difficulté d’un quotidien auquel on n’avait pas forcément pris le temps de penser. C’est un récit qui donne à réfléchir sur les questions de race et le regard que l’on porte à l’autre. Il s’appuie en cela sur des extraits d’un blog que tient Ifemelu qui, des soins pour cheveux crépus à la couleur de peau de Barack Obama, alimente la réflexion de manière très vivante.


En bref...

Un roman un peu improbable, vibrant et qui brille de toutes ses facettes. Romance tendre d'amants perdus, réflexion sur l'identité, l'immigration et la condition noire, fresque sociale du Nigeria aux Etats-Unis en passant par l'Angleterre ... il ne se laisse pas étiqueter et c'est tant mieux. C'est un petit bijou d'immersion que se joue des époques et des narrateurs. C'est aussi une plume coup de poing et à la personnalité très affirmée qui dévoile de nombreuses réalités et déborde d'émotions

Coup de cœur

Retrouvez plus d'informations et d'autres avis sur la page du livre
Logo LivraddictLogo Livraddict

6 commentaires

  1. J'ai eu un énorme coup de cœur pour ce livre :)

    RépondreSupprimer
  2. eh ben dis donc beaucoup de choses pour celui ci et c'est toujours tellement agréable d'être surpris de cette manière ! je ne connaissais pas du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui :) C'était la lecture pas du tout prévue, j'ai lu une chronique et 5min plus tard je l'avais commandé et entamé quelques jours plus tard. Ça fait du bien une belle surprise comme ça, en plus ça m'a fait varier un peu mes lectures.

      Supprimer
  3. Léa m'avait déjà donné envie de le lire ! Je suis encore plus tentée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne te reste plus qu'à craquer alors ^^

      Supprimer