Mes derniers avis

Série Les Frères Ténébreux, de Courtney Milan


Série Brothers Sinister
Série Les Frères Ténébreux
de Courtney Milan
Auto-édition (2012 à 2014)
Parution en VF aux éditions Milady

Originaire des Etats-Unis, Courtney Milan réside dans la région Nord Ouest, dans les montagnes rocheuses. Maintenant auteure de romances historiques à plein temps, elle a un temps étudié la physique théorique et les sciences juridiques avant d'enseigner le droit.

Mon avis

J’aime beaucoup la romance historique à la base, avec une préférence pour les auteures dans la lignée de Lisa Kleypas, Tessa Dare, Elizabeth Hoyt ou Sarah McLean qui nous offrent à chaque fois des histoires qui font du bien au moral. La recette qui marche à tous les coups sur moi ? Des papillons dans le ventre, des dialogues qui font mouche, quelques glapissements, des héros charismatiques, des personnages secondaires un peu barrés et une pointe d’humour pour assaisonner le tout (si à cela vous ajoutez un rake en rédemption porté sur le cynisme, moi je ne réponds plus de rien …). Je n’ai rien contre du grand huit émotionnel cela dit, le premier tome du Cercle des Canailles de Sarah McLean m’en soit témoin, mais j’aime quand cela se mêle à une petite note rafraîchissante. Vous m’offrez un tel cocktail, je peux faire fi de toute prévisibilité dans les rebondissements (ouais enfin, sans abuser non plus) ou même de diversions capillotractées (bonjour Les Héritières de Tessa Dare).

Quand je me suis plongée dans la série Les Frères Ténébreux de Courtney Milan grâce aux princesses d’In Need of Prince Charming, I don’t think so, j’ai été ravie d’y retrouver ces éléments … et même plus encore. Force est en effet de constater que Courtney Milan a vraiment un truc en plus et m’a fait limite revoir mes attentes sur ce genre. Ses livres offrent ainsi un beau mélange d’intrigues intelligentes, de romances très prenantes qui montent doucement en puissance et d’ingrédients aussi fun que rafraîchissants. Elle agrémente de plus le tout de personnages particulièrement émouvants (rhaaaaaaaaa ce T3). Mais là où elle s’affranchit vraiment des clichés du genre, c’est qu’elle arrive à mêler à ses histoires des considérations beaucoup plus sociales comme les thématiques du droit des travailleurs ou du statut des femmes, sans pour autant alourdir ses intrigues.


Tome 0.5 -  The Governess Affair / La Gouvernante Insoumise

Où l’on fait la connaissance du Duc de Clermont senior … un vrai salopard. Porté sur le jupon, même si ses partenaires ne sont pas les plus consentantes qui soient, le voilà bien enquiquiné quand une de ses “conquêtes”, Serena Barton, gouvernante de son état, vient demander réparation. Monsieur le Duc est en effet un jeune marié dont la femme tient les cordons de la bourse et voit d’un bien mauvais œil ses penchants pour la bagatelle. Qu’à cela ne tienne Clermont a à son service un certain Hugo Marshall, ambitieux et sans pitié conseiller / secrétaire / régleur de problèmes. Le voilà chargé de convaincre la Gouvernante d’aller se faire voir ailleurs. Facile ? Pas du tout. Serena ne l’entend pas de cette oreille  et plus Hugo apprend à la connaître, moins il a envie de recourir aux méthodes musclées qui font sa notoriété… 

Mon premier essai. Je partais un peu en mode cheval rétif: les novellas en romance et moi … bof, sauf si elles viennent en complément d’une histoire déjà bien étoffée. Mais un nouveau couple, de nouveaux enjeux … pas trop mon truc, j’ai besoin de développement pour m’investir. Et pourtant, là j’y ai cru. Vraiment ! Sans avoir le temps de contenir tous les ingrédients que j'affectionne en romance historique, j’ai trouvé cette novella fort convaincante. Le couple y est en effet touchant et leur histoire crédible, malgré le peu de pages. Le texte m’a d’ailleurs fait acheter l’intégrale de la série, emballée à l’idée de tomes plus fournis.


Tome 1 - The Duchess War / Le Secret de la Duchesse


Où je me suis dit que Courtney et moi allions vivre une grande histoire d’amour. Suite à l'intro de La Gouvernante Insoumise, on retrouve ici la génération suivante. Tout commence avec Robert Blaisdell, duc de Clermont junior (oui, le fils légitime du salopard de la novella) bien décidé à expier les péchés de son père. Sorte d'Arlette Laguiller du 19e siècle, il pousse en secret les travailleurs à faire valoir leurs droits. Face à lui, Wilhelmina Pursling, souris en apparence, mais qui vient très rapidement tempêter chez lui, accusée à tort de ses activités séditieuses. Elle a des secrets de son côté et apprécie très peu d'être mise sous le feu des projecteurs. 

Vous l'aurez compris, il est ici question de secrets, de leur dure gestion et de comment ils peuvent vous pourrir une relation en devenir. Mais pas que ... C'est également une histoire de droits des travailleurs, de jeu d'échecs, de famille et d'amour. Une histoire au contexte bien original et qui emporte par ses dialogues percutants. Une histoire au héros bourré de tendresse aussi, et à l'héroïne qui ne manque pas de tempérament, un duo qui aura autant su me faire rire que m'émouvoir.

Tome 1.5 - A Kiss for Midwinter (pas encore paru en VF)


Où la novella a fait mouche à nouveau. Dans ce court texte, on retrouve Lydia Charingford, la meilleure amie de la fameuse Wilhemina du tome précédent. Chamboulée par une erreur de jeunesse, elle en veut toujours à un médecin témoin de l'événement, persuadée qu'il la méprise pour cela. Point du tout, Jonas Grantham est fou amoureux d'elle et bien décidé à la conquérir, entre deux soucis familiaux. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce charmant jeune homme a de la suite dans les idées et pas sa langue dans sa poche. 

Cela donne lieu à des dialogues particulièrement savoureux et pas du tout politiquement corrects pour l'époque (oui, ça parle de sexe, beaucoup ^^). Tout ça sur fond d'histoire d'amour pleine de douceur et de thématiques sociales. Un texte bien complet quoi. J’ai beau avoir du mal avec la novella en romance, je n'ai pas du tout été frustrée par celle-là. Décidément, elle fait fort, Mme Milan.


Tome 2 -  The Heiress Effect / Le Courage de l'Héritière
Où la magie frappe encore. Après le fils légitime voulant racheter les péchés du père dans le T1, place au fils bâtard du Duc de Clermont, Oliver Marshall (oui Marshall comme dans La Gouvernante Insoumise). S’il a eu la chance d’éviter l’éducation par son salopard de géniteur et d’avoir à la place un foyer aimant … il se retrouve maintenant un peu les fesses entre deux chaises. Pas noble au sens propre du terme, mais quand même, élevé au sein du peuple, mais avec un pedigree un peu plus chargé, Oliver peine un peu à trouver sa place. Qu’à cela ne tienne, Oliver a de l’ambition politique à revendre, beaucoup même, et ne se permet aucun faux pas. Jusqu’à ce qu’il rencontre Jane Fairfield, qui déploie des trésors d’imagination pour repousser ses prétendants (elle a ses raisons). Parler fort, prononcer les pires incongruités, se faire passer pour une écervelée, s’habiller comme une boule à facette et à froufrous … tout est bon.

Si Jane se révèle un personnage absolument délicieux et Oliver un ombrageux comme j’aime, il y a vraiment plus que cela dans cette histoire. À commencer par le cas de conscience auquel doit faire face le jeune homme et qui occasionne des tourments que Courtney Milan rend à la perfection. Là où beaucoup d’auteurs se dirigent vers la facilité avec des personnages qui prennent d’emblée la décision moralement juste, elle fait le choix du réalisme et des doutes et interrogations qui peuvent nous miner dans la vraie vie. Et à travers les personnages d’Oliver et Jane se dessinent de plus des considérations sur la notion de classe et de lutte sociale traitées une fois de plus avec beaucoup de subtilité.


Tome 3 - The Countess Conspiracy / Le Complot de la Comtesse

Où j’ai été très émue. On se concentre ici sur Sebastien Malheur, cousin des Clermont. Aussi charmant que drôle, Sebastien n’a que deux buts de la vie : être aimé de tous (en particulier de son amie Violet) et rendre tout le monde heureux (en particulier son amie Violet). Quand il ne passe pas pour un libertin, il choque plus de la moitié de la société avec des théories scientifiques génétiques avant-gardistes. Mais voilà, ces théories ne sont pas les siennes, mais celles de la fameuse Violet, Comtesse de Cambury, botaniste de génie en secret, respectée de tous et bien décidée à le rester. Sebastien, lui, en a plus que marre de ces mensonges et souhaite révéler la supercherie. 

Pour la thématique sociétale du genre, vous vous en doutez bien, il s’agit de la place de la femme, en particulier dans le monde de la science. Porter le jupon et avoir l'outrecuidance d'être porté sur la recherche scientifique au 19e siècle ? Vous n’y pensez pas voyons ! Violet Cambury l’a bien compris et c’est pour cela qu’elle a recours à Sebastien comme prête-nom. Si elle veut conserver sa place dans la société et le respect qu’on lui porte, elle doit cacher sa passion et ses capacités intellectuelles. Plus facile à dire qu’à faire cela dit, d’autant que Sebastien n’en peut plus de la supercherie. Il préférerait ne plus déchaîner les foules et se concentrer sur Violet. Violet qu’il aime en secret, Violet échaudée par le passé, Violet et ses secrets, Violet bien décidée à ne plus aimer… Outre son caractère plaisamment inversé (pour une fois c’est l’amour de l’homme qui serait en théorie réparateur), c’est une romance très subtile et particulièrement émouvante à laquelle on a le droit ici . Je la relirai avec beaucoup de plaisir.

Tome 4 - The Suffragette Scandal / Le Scandale de la Suffragette


Où le frère ténébreux est une sœur. C’est en effet à Miss Frederica Marshall, soeur d’Oliver Marshall du T2 que l’auteur s’attaque ici. Femme obstinée, fervente suffragette, éditrice d’un journal féministe… elle est loin de s’attirer la sympathie de ses contemporains. Quelques-uns ont même décidé de la remettre à sa place. Sauf que la jeune femme hérite sans le vouloir d'un protecteur. Rejeté par sa famille qui l’a laissé pour mort, le cynique Edward Clark n’aspire qu’à une chose: se venger de son frère, l’un de ceux qui souhaitent la perte de Frederica. Si Edward n’en a que faire de ses combats et son idéalisme, la protéger sert en revanche ses intérêts. Et pour cela il est prêt à tout, même à lui mentir et à tricher…

Place de la femme à nouveau au programme, ce coup-ci dans un contexte plus vaste que la simple recherche scientifique. Et une nouvelle fois Courtney Milan traite de la thématique avec beaucoup de subtilité. La romance, elle, s’avère un peu moins intense émotionnellement que dans le volume précédent, mais tout aussi juste. En effet, et de la même manière que dans le T2, l’auteure place ses personnages face à des choix difficiles desquels ils ne se sortiront pas forcément avec les honneurs. Mais c’est en les poussant dans leurs derniers retranchements qu’elle leur donne tant de profondeur...


Tome 4.5 - Talk Sweetly to Me (pas encore paru en VF)


Où le texte a beau être adorable, je m’énerve un peu quand même contre l’éditeur. Dans cette ultime novella, on fait la connaissance de Miss Rose Sweetly, timide, la tête dans les étoiles, douée pour les mathématiques et … métisse. Pas évident de trouver sa place dans la bonne société anglaise si l’on est une femme au teint coloré, mais alors si en plus on pratique la science, il vaut mieux se montrer discrète. Et ça, c’est loin d’être facile quand votre nouveau voisin semble vous porter de l’intérêt. Libertin invétéré et connu pour ses chroniques journalistiques délicieusement choquantes, Stephen Shaughnessy a tout d’un scandale en devenir. Si seulement il n’était pas aussi charmant et dévoué…

Pour clôturer sa saga, Courtney Milan nous offre une novella pleine de tendresse qui m’a beaucoup touchée, comme toujours. C’est en filigrane qu’elle aborde la question du racisme, un sujet que l'on voit peu en romance historique. Dans ces conditions, se laisser aller au white-washing sur la couverture du livre d’autant plus déplorable. L'héroïne est noire, pourquoi la représenter en blanche ?

J'ai beaucoup aimé 

Retrouvez plus d'informations et d'autres avis sur la page de la série
Logo LivraddictLogo Livraddict


2 commentaires

  1. J'en ai lu un ou 2 je ne sais plus mais je crois avais bien aimé, il faudra que je tente les autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle est vraiment sympa cette série, elle change des autres romances historiques je trouve. Là j'aimerais bien tenter une autre d'elle, mais d'abord j'avance un peu dans Maiden Lane d'Elizabeth Hoyt (j'essaye d'éviter d'avoir 150 série de romance historique en même temps ^^) .

      Supprimer