Mes derniers avis

La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, de Joël Dicker


La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert
de Joël Dicker
Editions de Fallois (2012)
896 pages

Joël Dicker est un romancier suisse né à Genève en 1985. Son premier roman, Les Derniers Jours de nos pères, a reçu le Prix des écrivains genevois en 2010.
Il a publié en 2012 La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, qui a obtenu successivement le Prix de la Vocation Bleustein-Blanchet, le Grand Prix du Roman de l’Académie française et le Prix Goncourt des Lycéens, qui est. La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est adaptée en  une série télévisée de 10 épisodes par le réalisateur Jean-Jacques Annaud, première diffusion en France à l’automne 2018 sur TF1. 
En 2015 paraît Le Livre des Baltimore. Et en 2018 La Disparition de Stephanie Mailer

Synopsis

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois. Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. 

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Mon avis

J’ai traversé une période creuse niveau lecture ces derniers temps. Alors quand mon envie de lire s’est subitement réveillée face à la couverture de ce roman (merci, Patrick Dempsey) qui me tentait depuis un moment déjà, j’ai sauté sur l’occasion. Sortir de mes habituels livres de SFFF et romance s’est avéré bénéfique, je crois, puisque j’ai dévoré ce petit pavé assez rapidement. 

Son style n’a pourtant rien d’époustouflant, avec notamment des dialogues parfois creux, mais bon sang que cette histoire se lit bien. Au confluent du polar, de l’étude de mœurs de l’Amérique rurale et de la chronique du métier d’écrivain, le roman aura su me séduire. 

L’enquête est d’ailleurs vraiment bien ficelée. Alternant flashbacks des années 70 et témoignages de notre présent, elle brouille peu à peu les pistes. Joël Dicker est très bon à ce petit jeu-là. Il entremêle les trames, multiplie les fausses pistes et tisse une toile dont Nola est le cœur flamboyant. 

Chaque personnage, principal ou secondaire, se retrouve ainsi un moment sous le feu des projecteurs. Passé au microscope, également, jusqu'aux erreurs commises des années après les faits. On en vient à soupçonner un peu tout le monde et à élaborer les théories les plus farfelues.

C’est diablement efficace, j’ai trouvé, au point qu’on enchaîne les pages de ce petit pavé sans même le réaliser. Quelques longueurs s’incrustent au début du dernier tiers, mais la toute fin relance bien la machine, réservant quelques surprises au passage, même si un peu trop rapidement expédiées au regard du reste.

J’ai également beaucoup aimé l’hommage au métier d’écrivain que l’on retrouve ici, avec en parallèle ces deux portraits de romanciers. Gloire et chute, angoisse de la page blanche, pression de l’édition, les préoccupations de Quebert et Goldman se répondent au fil des années. La relation entre les deux, oscillant sans cesse entre mentor/élève et père/fils est d’ailleurs celle qui m’a le plus convaincue dans ce roman.

En bref...

Après une période un peu creuse, sortir de mes habituelles lectures SFFF et romance s’est avéré bénéfique puisque j’ai dévoré ce petit pavé. Le style n’a pourtant rien d’époustouflant, mais l’histoire est vraiment prenante. Le mélange de polar, d’étude de mœurs et de chronique du métier d’écrivain a ainsi su me séduire. Flashbacks et témoignages y alternent, pour une enquête diablement efficace. Quelques longueurs au début du dernier tiers, mais la toute fin relance bien la machine et réserve quelques surprises, même si un peu trop rapidement expédiées au regard du reste.

J'ai beaucoup aimé

Logo Livraddict


5 commentaires

  1. J'avoue que pour le coup je ne connais pas du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais pas mal en entendre parler dans les prochains temps je pense, il y a l'adaptation TV qui sort bientôt en France.

      Supprimer
  2. Je ne sais pas si tu liras ma chronique (je l'ai lu il y a un peu plus de 2 ans) mais j'ai pensé à peu près la même chose de cette histoire, très efficace et prenante et surtout où je n'ai rien deviné à l'avance ce qui est un exploit ! :) J'avais trouvé l'histoire d'amour mièvre mais tout le reste très bien.

    RépondreSupprimer
  3. De plus en plus intriguée par cette lecture. Vu ce que tu en dis, ça pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
  4. On me l'a offert il y a quelques années et je n'ai toujours pas pris le temps de le lire... j'ai honte !

    RépondreSupprimer