Mes derniers avis

22/11/63 de Stephen King


11.22.63
22.11.63
de Stephen King
Editions Hodder & Stoughton (2012)
Publié en VO pour la première fois en 2011
Publié en VF aux éditions Albin Michel et Le livre de poche
740 pages

Né en 1947 à Portland (Maine), Stephen King a connu son premier succès en 1974 avec Carrie. En une quarantaine d’années, on lui doit  plus de cinquante romans et autant de nouvelles, certains sous le pseudonyme de Richard Bachman. Il a reçu de nombreuses distinctions littéraires, dont le prestigieux Grand Master Award des Mystery Writers of America pour l’ensemble de sa carrière en 2007. Son œuvre a été largement adaptée au cinéma et à la télévision.

Synopsis

22 novembre 1963 : 3 coups de feu à Dallas.
Le président Kennedy s’écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l’Histoire ?

2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d’une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d’un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d’empêcher l’assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d’Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d’un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d’une jolie bibliothécaire qui va devenir l’amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu’altérer l’Histoire peut avoir de lourdes conséquences...


Mon avis

Ça y est, j’ai enfin lu mon premier Stephen King. Pour cela j’ai dû faire appel à une spécialiste en la personne de Koko, adepte de l’auteur et qui m’a conseillé plusieurs titres. Je n’avais qu’une consigne : pas trop angoissant parce que je flippe pour un rien. Ouais, d’accord, peut-être pas le meilleur auteur à tester du coup. Mais on s’en est quand même sorti, et je suis reparti du Furet avec ce titre. Cela tombe bien, j’adore les romans où il est question de voyage dans le temps. 

Sur ce plan, aucune déception. Stephen King nous plonge ici dans l’Amérique de la fin des années 50, début des années 60, sur fond de Guerre Froide et ses psychoses. En trame de fond ce fameux assassinat de JFK, qui permet à l’auteur de passer en revue certaines des théories conspirationnistes à ce sujet.

Là où ça devient très fort, c’est que King se sert justement de tout cela pour faire une étude du voyage dans le temps en lui-même, plus axé effet papillon que paradoxes. À partir d’un bouleversement historique potentiel, il vous parle lignes de temps, modifications et conséquences éventuelles… des sujets passionnants, je trouve. C’est ce que j’aime dans ce genre de récit, cet éventail des possibles. 

JFK en est d’ailleurs relégué au second plan. Si vous vous plongez dans le roman pour avoir son histoire, passez votre chemin. Ce récit est bien plus celui de Lee Harvey Oswald que du président. Mais c’est surtout et avant tout celui de Jake Epping, un professeur sans histoire, qui au contact d’une époque va peu à peu devenir un certain George Amberson, un homme prêt à tout pour accomplir sa mission et qui connaîtra bien des épreuves. 

À travers lui, Stephen King nous fait le portrait d’une Amérique passée. Je reste d’ailleurs époustouflée par le travail de documentation sur lequel tout ça s’appuie. L'auteur se laisse parfois aller à de la dissection du quotidien, où l’ambiance prévaut sur le reste, mais il y a une certaine nostalgie à ces pans du récit qui m’a beaucoup plu

En revanche, le rythme du roman est parfois inégal, il faut bien l’avouer, notamment au niveau des passages d'espionnage. Je ne me suis pas ennuyée pour autant, mais j'ai parfois eu un petit sentiment de redite. Cela reste un beau petit pavé, soyez prévenu·e·s. 

Il n’est cependant pas dénué d’intensité. Sans être haletant, le roman m’a pourtant fait vibrer. Il a même un petit côté angoissant parfois, qui reste encore soft. Parfait pour moi donc. On y trouve des scènes dures comme d’autres pleines d’émotions, car c’est un récit très humain, ou tout du moins vraiment centré sur des personnages forts et profonds. Ils vous embarquent très facilement dans cette histoire. 


En bref..

Mon tout premier Stephen King, et je n'en sors pas déçue, loin de là. Malgré son rythme parfois inégal, j'ai été emportée par l'histoire. Il faut dire que j'ai un faible pour les voyages dans le temps, et que l'auteur traite ce sujet avec brio. Face à cet éventail de possibles, le héros, Jake Epping, va devoir s'accrocher. À travers lui, King nous fait également le portrait d’une Amérique passée, une analysé teintée d'une certaine nostalgie qui m'a beaucoup plu. C'est un roman où l'ambiance prévaut parfois sur le reste, mais il n'en est pas dénué d'intensité pour autant.
On y trouve des scènes dures comme d’autres pleines d’émotions, car c’est un récit très humain, ou tout du moins vraiment centré sur des personnages forts et profonds.
J'ai beaucoup aimé 

Retrouvez plus d'informations et d'autres avis sur la page du livre
Logo Livraddict


8 commentaires

  1. Je n'ai pas lu celui ci mais il faudrait peut etre !

    RépondreSupprimer
  2. Un King que je n'ai pas encore lu...
    Contente que cette première découverte de l'auteur t'ait plu :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je pense que c'était l'idéal pour commencer en douceur et partir à la rencontre de l'auteur.

      Supprimer
  3. Je suis très contente que tu aies aimé le roman car non seulement ça avait été mon top 3 en 2014 (déjà 5 ans !) mais en plus j'en garde un excellent souvenir ! Je ne me rappelle plus si j'avais remarqué un rythme inégal. En tout cas, ta chronique me donne envie de le relire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai le même faible que toi pour le voyage dans le temps, ça aide ;)

      Supprimer
  4. Oh, c'est un très bon conseil :) Je connais peu ses romans, je n'ai lu que Carrie et le second fut justement 22/11/63. Le thème du voyage temporel m'attire énormément donc je me suis immédiatement plongée dans ce récit. Je me suis accrochée au protagoniste et clairement... je n'aimerais pas être à sa place. Le point négatif, c'est vraiment la traduction que j'ai trouvée particulièrement bancale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince pour la traduction. Pour le coup je l'ai lu en anglais, donc je ne peux pas juger. C'était le même traducteur sur Carrie ?

      Supprimer