Mes derniers avis

Le Protocole de la Crème Anglaise - Tome 1: Prudence, de Gail Carriger


The Custard Protocol - Tome 1: Prudence
Le Protocole de la Crème Anglaise - Tome 1: Prudence
de Gail Carriger
Orbit (2015)
Publié en VF chez Le Livre de Poche
359p

ebook

Gail Carriger est une archéologue et romancière américaine. Elle est l'auteur à ce jour de trois séries mélangeant steampunk et fantasy urbaine dont une, Le Protectorat de l'Ombrelle, a fait l'objet d'une adaptation en manga.

Synopsis

La fille d’Alexia Maccon, Prudence, s'envole pour les Indes au service de sa majesté, de son pays … et de la parfaite tasse de thé. Quand Prudence Alessandra Maccon Akeldama (“Rue” pour ses amis) hérite inopinément d'un dirigeable, elle fait ce que toute dame sensée ferait dans des circonstances similaires - elle le baptise le “Spotted Custard” (La Crème anglaise mouchetée) et met les voiles pour l’Inde. Peu de temps après, elle se retrouve au milieu d'un complot impliquant des dissidents locaux, la femme kidnappée d’un brigadier, et quelques loups garous écossais terriblement familiers. Face à cette crise désespérée (et un embarrassant manque de sous-vêtement), Rue ne peux que s’en remettre à sa bonne éducation et ses capacités surnaturelles pour s'en sortir.



Mon avis


La progéniture d’Alexia et Lord Maccon, élevée par Lord Akeldama, se révèle-t-elle à la hauteur de ses illustres parents ? Non. Mais il y a du potentiel.

Ce qui pèche dans cette lecture, c’est le manque de maturité de ses personnages et l’impact que cela a sur l’histoire. Je n’ai rien contre le young adult, mais quand les personnages ont entre 20 et 30 ans, cela heurte légèrement ma sensibilité (et soit dit en passant l'auteur classe ce livre dans la catégorie adulte sur son site internet). Prudence et ses compagnons ont beau être très sympathiques, ils manquent un peu de sens pratique à mon goût. 

Il en résulte une intrigue qui peine à démarrer. En effet, les protagoniste ne voient pas ce qui est pourtant juste sous leur nez, obsédés qu’ils sont par des considérations vestimentaires et une sombre histoire de plants de thé. On a déjà vu des enjeux beaucoup plus excitants. Au final, on a plus une succession d’aventures frustrantes avant que les choses se dégagent sur la fin du livre. Cela dit, cela reste rythmé et se laisse facilement lire. C’est déjà ça. 

Prudence ne manque pourtant pas de potentiel. On lui trouve ainsi certaines caractéristiques si charmantes d’Alexia, en un peu plus tête brulée et moins portée sur les convenances, ce qui donne parfois lieu à certaines discussions hilarantes. Malheureusement, niveau sens de la réflexion on peut vraiment mieux faire. Prudence va de désastre en désastre sans percuter un instant ce qui l’entoure, alors que le lecteur assiste à ce carnage en hurlant “mais ouvre les yeux bon sang !!!!!”.

Prim Tunstall est également bien la fille de sa mère, en beaucoup plus horripilante. Là où Ivy se révélait drôle, Prim donne envie de s’arracher les cheveux. Tête vide obsédée par la mode et le qu’en dira-t-on, très peu pour moi. 

Son frère, Percy, est en revanche beaucoup plus intéressant et utile dans cette petite troupe. Dommage qu’il ne soit pas reconnu sa juste valeur et soit tourné en dérision. Il faut dire qu’avec son obsession de l’étude et des livres, il n’est pas la personne la plus sociable qu’il soit … Il n’empêche, il a un chat appelé Footnote (note de bas de page), rien que pour ça je l’aime. 

Reste Quesnel Lefoux, oui, lui aussi un “fils de”. Pour le moment je ne sais pas trop quoi en penser. Charmante canaille, génie de ingénierie, beau garçon … intéressant n’est-ce pas ? Si seulement il n’avait pas cette tendance à se montrer si condescendant avec Prudence. On sent cependant les prémices d’une relation sympathique entre eux. A voir donc ...

Tout ce petit monde nous plonge dans un monde déjanté si cher à Gail Carriger. Automates, créatures en tout genre, machines à vapeur, dirigeables, c’est un plaisir de se plonger dans cet univers steampunk aussi riche qu’original. Petite pointe d’exotisme en plus, on voyage dans une contrée lointaine, l’INDE. Tentant, non ? Oui enfin, si on omet le fait que pour un livre qui se passe en Inde, il manque cruellement d’indiens. Vive la domination anglaise ! 


En bref...

Malheureusement, Prudence Alessandra Maccon Akeldama ne se révèle pas à la hauteur de ses illustres parents, mais il y a du potentiel. Si seulement elle et ses compagnons se révélaient moins hermétiques à ce qui les entoure. Il en résulte une intrigue qui peine à démarrer et où les seuls enjeux sont des considérations vestimentaires et une sombre histoire de plant de thés. On a déjà vu plus excitant. Cela dit,  tout ce petit monde finit par se sortir les doigts du derrière pour nous entraîner dans une aventure un peu plus épique. Espérons que les volumes suivants continueront sur cette lancée. En attendant c’était bien sympathique de retrouver l’univers un brin déjanté de Gail Carriger.


J'ai aimé, mais ...

Série Le Protocole de la Crème Anglaise / The Custard Protocol
1. Prudence / Prudence
2. ? / Imprudence (à paraître en VO en juillet 2016)

Retrouvez plus d'informations et d'autres avis sur la page du livre
Logo LivraddictLogo Livraddict

6 commentaires

  1. J'étais très curieuse de tenter celui ci jusqu'à ce que je vois les avis qui semblent beaucoup mitigés du coup j'ai laissé passé j'avoue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, c'est dommage. Maintenant je m'interroge, peut être que j'ai trop comparé au Protectorat de l'Ombrelle.

      Supprimer
  2. Tes "mais" … m'ennuie un peu même si je crois que rien ne pourra m'empêcher de lire ce livre à sa sortie française. Et puis les tomes suivants peuvent s'avérer plus poussés.

    En même temps, je me dis qu'à vouloir rester absolument dans le même univers, l'auteur risque aussi de tourner en rond. A voir donc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j’espère pour les tomes suivants. Déjà là il y a quand même une évolution des personnages au fur et à mesure des pages, ce qui est un bon point. J'étais moins agacée avec le temps.

      Supprimer
  3. Ça m'attriste un peu de savoir que ce premier tome n'est pas à la hauteur de la saga précédente dont je suis absolument fan. Cependant, j'ai tout de même hâte de me jeter dessus lorsqu'il sortira ici. Je dois avouer qu'Alexia et toute sa clic me manquent affreusement !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça le problème en fait, c'est que c'est dur de ne pas s'empêcher de comparer.

      Supprimer