Mes derniers avis

La ville sans vent - Tome 1 de Eléonore Devillepoix


La ville sans vent - Tome 1
de Eléonore Devillepoix
Éditions Hachette (2020)
448 pages

ebook


Née en 1991, Eléonore Devillepoix a passé son enfance dans la campagne normande, à chasser des grenouilles à l’épuisette et à dévorer des histoires. Ces lectures lui ont laissé un goût pour les livres d’aventure et la conviction qu’un bon roman jeunesse doit pouvoir plaire aux adultes. Le personnage d’Arka date de cette époque. Celui de Lastyanax a été inspiré par ses études de politique et de philosophie à Munich, Paris et Londres. La construction de La ville sans vent s’est achevée à sa sortie des bancs universitaires, grâce à l’esprit critique de sa famille et au forum d’auteurs Plume d’Argent. Aujourd’hui, Eléonore Devillepoix vit trois vies en parallèle : attachée parlementaire européenne à Bruxelles en semaine, joueuse de quidditch le weekend et écrivaine la nuit.

Synopsis

À dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s’attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d’Hyperborée.

Son chemin, semé d’embûches politiques, va croiser celui d’Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d’un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ca tombe bien, elle a tendance à les déclencher…

Lui recherche l’assassin de son maître, elle le père qu’elle n’a jamais connu. Lui a un avenir. Elle un passé.

Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s’apprivoiser.

Mon avis

Un roman découvert au détour de mes pérégrinations sur Netgalley, mais je crois bien que j’aurais aussi craqué si je l’avais tout d’abord croisé en librairie, parce que "damned, cette couverture" ! 

Ni une ni deux, je suis tout de suite rentrée dans ce roman qui s’est révélé être une lecture plaisante. La ville sans vent est en effet un premier roman à la plume entraînante. Les descriptions y sont soignées et les petites notes d’humour pince sans rire m’ont beaucoup plu. 

Le récit, lui, tire aussi bien du côté du policier que de l’intrigue de cour, avec un mystérieux meurtre qui va vite se transformer en un complot à plus large échelle. La multiplicité des points de vue (Lastyanax, Arka et quelques interludes variés) offre une vision large de l’intrigue, qui renforce l’immersion dans la fresque. On a là un mélange prenant d’investigation, de manigances et d’exploration de la magie.

Quelques longueurs, çà et là, mais cela ne m’a pas autant dérangée que j’aurais pu m’y attendre. J’ai en effet pris plaisir à passer un plus de temps dans cet univers dont je salue la richesse, tant au niveau de la structure que du décor. Et même si ce tome reste centré sur la ville d’Hyperborée, les souvenirs d’Arka permettent d’avoir un aperçu d’autres parties du monde.

Sa construction permet également d’aborder d’intéressantes thématiques comme les inégalités de classe ou les droits de femmes. Je trouve en revanche dommage que cela ne se reflète pas plus dans les personnages, qui souffrent par ailleurs d’un cruel manque de diversité.  

Lastyanax, par exemple, en plus d’être horriblement pédant, ne se remet pas vraiment en question et ses discours sur le nivellement ne servent au final que ses intérêts politiques. Cela rend difficile de s’attacher à lui, je trouve, et ce n’est que dans l’évolution de sa relation avec Arka qu’il a un peu trouvé grâce à mes yeux. Le duo est en revanche efficace, et ces deux fortes têtes ont une belle dynamique mentor/élève sur la fin

J’imagine que leur différence d’âge pourrait complaire aussi bien le lecteur jeune ado que d’autres plus âgés, mais la superficialité des personnages est pour moi ici un frein, d’autant qu’on retrouve dans le casting des stéréotypes dont je me serais bien passée, surtout avec un public ado. 


En bref...

Un premier roman fantasy à l'univers recherché et qui se présente sous forme d'enquête policière. Quelques petites notes d'humour bien placées et d'intéressants discours sur les inégalités de classe ou les droits des femmes. Cela pèche en revanche au niveau des personnages entre superficialité et stéréotypes.

J'ai aimé, mais


Logo Livraddict


7 commentaires

  1. Oh je ne connaissais pas du tout celui ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a été pas mal présent sur les RS quand le tome est sorti sur Netgalley au début du moins de juin, mais depuis je le vois plus passer nulle part.

      Supprimer
  2. Hum j'ai lu le spoiler explicatif et je crois que je vais attendre la sortie de la suite et les avis qui vont avec avant de me décider ! Ca me permet de faire le tri dans ma wishlist ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan mais je mets exprès en spoiler et toi tu vas lire. Fallait demander, je t'aurais détaillé sans spoil si tu voulais !

      Supprimer
    2. Oh t'inquiète, les spoilers ne me dérangent pas si je les ai cherchés ^^

      Supprimer
  3. J'ai vu pas mal passer ce livre ces derniers temps et même si je ne vais pas me jeter dessus, il m'intrigue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il a de quoi intriguer. Et puis cette couverture...

      Supprimer