Mes derniers avis

Mini Chroniques - Un peu de douceur dans ce monde de brutes #1

Cela faisait des siècles que je me tâtais d’instaurer une telle rubrique. Il faut bien avouer que, si je chronique plus ou moins religieusement des lectures SFFF, les romances passent dès fois à la trappe. Et c’est bête, j’aime ça moi la romance, même si il m’arrive de ne rien avoir de plus à dire que : ça m’a fait glousser, palpiter, et frétiller comme une carpe dans sa poêle (glamour, quand tu nous tiens). 

Bref … tout ça pour dire, que voilà, je tente un mini-chroniquage pour les lectures qui n’ont pas eu leur heure de gloire en bonne et due forme ( et vu la blinde de chroniques en retard que je me paye sur ces trois derniers mois, croyez moi, c’est pas du luxe). Appelez ça le ¼ d’heure paillettes ou ce que vous voulez, moi je me charge de répandre un peu de douceur dans ce monde de brutes. On commence avec de la romance contemporaine. 



Dublin Street #6 Moonlight on Nightingale Way, de Samantha Young: Logan (le frère de Shannon du T5) a payé pour ses erreurs passé et est maintenant bien décidé à profiter de la vie et des femmes. Grace, elle, a fui une famille manipulatrice pour se réfugier à Edinburgh, en quête d’une vie parfaite. L’appart, le job … c’est bon. Il ne reste plus qu’à oublier le passé et trouver Mr. Perfect … ou tout du moins un moyen d’ignorer son voisin Logan, séduisant, mais également séducteur en série …

Une fois de plus l'auteur a su me toucher. Ses romances jouent vraiment sur la carte émotionnelle qu'il s'agisse de drames ou d'instants plus léger. Elles prennent aux tripes et c'est un régal. Néanmoins j'ai été moins emportée par cella là que par les trois précédentes. Les choses se résolvent peut être un peu trop rapidement j'ai l'impression. Même si je ne suis pas une fan des drames qui s'éternisent, un peu plus ne m'aurait pas déplu. Et puis je trouve que l'on ressent moins l'ambiance familiale qui prévalait dans les autres opus. Pourtant, la question de la famille est au cœur de l'histoire ... Après, ces nouveaux personnages sont un peu éloignés du noyau dur des premiers tomes, moins de repas familiaux du dimanche et de famille qui se mêle de vos affaires. Cela dit, je me plains seulement si je compare ce tome aux volumes 3 à 5. Pris indépendamment, il est très bien.


Donovan #2 Entranced (Les Ombres du Lac), #3 Charmed (Un Château en Irlande) & #4 Enchanted (La Forêt des Secrets) de Nora Roberts: Dans le T2, Sebastian Donovan, médium de son état, un peu artiste et hautement intuitif, se retrouve à enquêter sur la disparition d’un bébé en compagnie de Mel Sutherland, détective privé des plus pragmatiques. Entre exaspération et attirance, les étincelles sont là. Le T3, lui, joue la carte de la tendresse avec Boone Sawyer, veuf et père d’un adorable bout de chou de 6 ans, et sa voisine Anastasia Donovan, dont la beauté n’a d’égal que la douceur. Mais la dame cache un secret qui pourrait bien chambouler leur relation en devenir. Pour le dernier volume, c’est retour à la nature. Adieu Monterey, direction les forêts côtières de l’Oregon ou Rowan espère se ressourcer dans la solitude. C’est sans compter un voisin aussi ténébreux que farouche, Liam Donovan. Envoûtée par son regard d’émeraude, Rowan verra son monde complètement remis en question.


J’ai connu des romances plus exaltantes, je vous l’accorde, mais cela ne m’a pas empêchée d’adorer les éléments dont celles-ci sont épicées. Une pointe de surnaturel par-ci, un soupçon d’enquête par là, et cette atmosphère un peu à part qui fait le charme des romans de Nora Roberts … le genre de lecture un peu doudou qui fait beaucoup de bien (en plus j’avais une bronchite au moment de ma lecture). Une ambiance cocon qui a le goût des après-midi passées à regarder tomber la pluie en buvant du thé. Délassant au possible! Les histoires ont beau progresser sans vraiment d’embûches et avec pas mal de prédictibilité, elle ont ce je ne sais quoi qui maintient l’intérêt. Et puis il y a le fait que la série suit tour à tour les membres d'une même famille. J’ai apprécié non seulement la bonne entente qui règne entre les personnages, mais aussi le fait que l'on voit au fur et à mesure des tomes ce que deviennent les protagonistes des précédents épisodes. 



Animal Magnetism #7 All I Want, de Jill Shalvis: Ou comment une pilote d’avion se retrouve pendant quelques semaines à faire voler son coloc temporaire, beau gosse et agent spécial badass pour les Eaux et Forêts afin de coincer des méchants super braconniers. Sisi, tout ça. Elle aspire à une vie tranquille, lui est un junkie de l’adrénaline un peu allergique à l’engagement. Bref. 

Vu comme ça, mon résumé n’a pas l’air super engageant. Et pourtant … Moi qui pestais contre cette série, j’ai enfin fini par y trouver mon compte. Vous allez me dire, il était temps (bon en fait je suis médisante, j’ai bien aimé les trois premiers, les trois suivants beaucoup moins). C’est un opus aussi fun (un duo de félin et un chien y sont pour beaucoup) que fournisseur de papillons dans le ventre, juste ce qu’il fallait à mon pauvre petit corps martyrisé par la maladie (ouais, toujours la bronchite dont je vous parlais dans l’avis précédent). Jill Shalvis a vraiment le don pour écrire des romances feel good: mâle alpha drôle et délicieux qui ne tombe jamais dans la case connard, héroïne adorable et un peu décalé, une tension sexuelle de folie qui monte doucement (en même temps la colocation avec un beau gosse et une porte de salle de bain qui ne ferme pas à clé, ça aide), beaucoup de douceur et pas mal d’instant comiques … un bon remède contre la dépression et le mauvais temps somme toute.


Jamison Family #1 There’s Only Been You, de Donna Marie Rogers: Sara et Mike se sont aimés mais un ou deux malentendus les ont séparés et Mike a quitté la ville, chacun restant convaicu d’avoir été trahi par l’autre. 8 ans plus tard, Mike est de retour, ignorant que Sara a pendant tout ce temps élevé leur fils, aidé en cela par son ennuyante et protectrice fratrie de mâle alphas. 

Une lecture éphémèrement gratuite sur Amazon et sur laquelle je ne me serais pas penchée toute seule je pense. Sympa (j'ai un faible pour les retrouvailles avec gamin à la clef), même si sans surprise et trop rapide dans ses développements et révélations. Sans compter l'histoire parallèle de flic véreux qui manque un peu de crédibilité. Tant qu’à faire du romantic suspense, autant que suspense il y ait vraiment. Malgré cela, je pense que je donnerai une chance au T2, autant pour voir si l’auteur prend un peu plus le temps de développer ses intrigues que pour retrouver les personnages. Je l’ai bien aimé la fratrie de Sara et ses problèmes et j’aimerais bien savoir ce qu’il va devenir de ce petit monde.



Hudson Valley #1 Nuts, d’Alice Clayton: Chef privée californienne, Roxie a perdu sa dernière cliente suite à un petit incident. La voilà revenue le temps d’un été lêcher ses blessures et s’occuper du restaurant familial dans l’état de New York. Arrêt temporaire pour elle, la Californie l’appelle à grands cris. Mais Leo, un agriculteur décidement très appétissant pourrait-il la convaincre de rester ?

Une bonne petite romance contemporaine, aussi fun que prenante. Bon d'accord, je n'ai pas autant souri ni frémi que dans Wallbanger (même auteur), mais j'ai passé un excellent moment dans cette petite ville sur les berges de l'Hudson River. Cela m'a d'ailleurs donné envie de m'offrir une petite excursion dans le coin. Niveau intrigue, Alice Clayton a le don pour offrir des histoires sans prise de tête, tendres et qui font beaucoup de bien au moral. Et sous prétexte d'amourettes, elles touchent également beaucoup à la question de la confiance en soi et du rapport à l'autre.



The Burg #6 Hold On: Depuis qu’elle est toute petite, Cher sait qu’elle n’est pas de celles qui obtiennent ce dont elles rêvent. Et ce dont elle rêve, c’est Garrett Merrick, le célibataire le plus prisé de la ville et un homme brisé par ses démons. 

Kristen Ashley est une auteure qui a le don pour me remonter le moral surtout avec ses anciennes parutions: mâles alphas à gogo et des héroïnes à fort caractère, intrigues pleines de péripéties, personnages secondaires toujours explosifs et une bonne dose d'humour. J’en attendais donc beaucoup de ce dernier opus. Au finale, je l'ai trouvé sympathique, mais sans plus. Merry et Cher sont deux personnages que j'avais beaucoup apprécié en second rôle dans les volumes précédents et j'avais hâte de les retrouver. J'espérais un peu plus de montagnes russes émotionnelles et moins de longueur. Ce dernier tome offre néanmoins une belle conclusion à la série et permet de retrouver tous les membres de cette petite communauté dans une histoire qui laisse une fois de plus les balles siffler.



2 commentaires

  1. Ah j'aime bien le genre même si je préfère les romances historiques ! Ceci dit, la première de Samantha YOUNG me tente fortement ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en lis aussi beaucoup des historiques. D'ailleurs le prochain bloc de mini chroniques comme ça sera sur des romances historiques je pense.

      Supprimer