Mes derniers avis

La fileuse d'argent, de Naomi Novik

 

Spinning Silver
La fileuse  d'argent
de Naomi Novik
MacMillan (2018)
Publié en VF aux éditions Pygmalion

466p


Née à New York d'un père lituanien et d'une mère polonaise, Naomi Novik est une romancière américaine qui s'est fait connaître par sa saga Téméraire, une uchronie se déroulant lors des guerres napoléoniennes et où les dragons sont utilisés comme des armes

Synopsis

Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l'échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite... jusqu'à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son cœur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l'argent en or. Mais, lorsque son talent attire l'attention du roi des Staryk - un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril...

Mon avis

J’ai découvert Naomi Novik avec Déracinée, un roman dans lequel j’avais adoré me plonger. L’imaginaire de cette autrice, une fantasy très ancrée dans le folklore, m’avait tout de suite charmée. Essai transformé avec ce nouveau livre, même si je garde une préférence pour son précédent titre.

L’histoire est ici de celles qui prennent leur temps. Le récit n’est pas vraiment à l’action, même si la dernière partie réserve son lot de péripéties. Non, ce qui prime ici c’est plus l’ambiance.

La fileuse d’argent est un roman à lire pour son atmosphère enchanteresse. Je le notais déjà dans Déracinée, Namoi Novik a une plume singulière, un ton teinté de nostalgie qui vous berce et vous entraîne sans crier gare. Elle fait planer sur ses récits comme un parfum de conte, un aspect complètement assumé en l’occurrence, puisque le texte est une réécriture de Rumpelstilzchen (ou Rumpelstiltskin, pour les accro à OUAT), le Nain Tracassin, un conte germanique revisité ici à la sauce slave

Amateurices de forêts enneigées, de palais de glace, de luges tirés par les rennes et de magie au coin du feu, ce livre est fait pour vous. L’heure n’est cependant pas uniquement au tourisme puisque Naomi Novik peut se targuer d’offrir un récit aussi dépaysant qu’intelligent. Elle traite avec finesse plusieurs thèmes en filigrane, comme l’antisémitisme, la soif de pouvoir, le rôle des femmes.

La fileuse d’argent est en effet une histoire portée par trois personnages féminins d’une grande force : Wanda, Myriem et Irina. Chacune avec ses motivations propres fait tout pour s’en sortir dans un monde dominé par les homme. Envers le sort et le peu de choix qu’on leur laisse, elles prennent peu à peu en main leur destin, ce qui est particulièrement jouissif à observer.

Elles font cependant trop souvent office de figures isolées dans la pléthore de personnages secondaires. Des liens qui auraient dû l’être ne sont par exemple pas assez explorés et font arriver certains développements comme un cheveu sur la soupe. Et si d’autres points de vue ont également voix au chapitre, j’ai eu l’impression qu’ils étaient de trop. Cette inconsistance est pour moi un brin préjudiciable au récit, et je me dis que le roman aurait peut-être gagné en émotion à approfondir les relations nouées par Wanda, Miryem et Irina plutôt qu’à s’éparpiller dans des interventions extérieures.

En bref...

On est loin de la fantasy bourrée d'action (même si ça bouge sur la toute fin), mais pas d'ennui pour autant de mon côté. La fileuse d'argent est un conte à l'ambiance envoûtante, porté par trois figures féminines d’une belle force. Même si peu trop léger sur le plan des émotions, il a cependant son charme.

J'ai beaucoup aimé

Retrouvez plus d'informations et d'autres avis sur la page du livre
Logo Livraddict



6 commentaires

  1. J'avais passé un bon moment aussi avec celui ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il était chouette. Je lirai clairement d'autres titres de l'autrice.

      Supprimer
  2. J'avais adoré son précédent, j'espère que celui-ci me plaira autant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai préféré le précédent, mais j'ai quand même passé un très chouette moment avec celui-là. La plume de Naomi Novik est vraiment envoûtante je trouve.

      Supprimer
  3. Ah je pensais que c'était une réécriture des Fileuses d'or et non Rumpelstiltskin. Ca me fera une belle surprise quand j'aurais décidé de le découvrir :D Et en fait, je viens de me rappeler qu'il peut y avoir un lien en effet avec Rumpelstiltskin, j'ai une image de OUAT ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors pour le coup je ne connais pas les Fileuses d'or, donc je ne peux pas te dire. Il y a des contes que l'on retrouve d'une tradition à l'autre, mais sous des noms différents aussi.

      Supprimer