Mes derniers avis

Les Chroniques de St Mary - Tome 2 : D'écho en échos, de Jodi Taylor

 


The Chronicles of St Mary's - Book 2: A Symphony of Echoes
Les Chroniques de St Mary - Tome 2 : D'écho en échos
de Jodi Taylor
Accent Press (2013)
publié en VF aux éditions Hervé Chopin
362p
ebook


Née à Bristol, Jodi Taylor réside maintenant dans le Gloucestershire. Elle. a commencé par publier "Les Chroniques de St Mary" en numérique, à compte d’auteur. Après un succès foudroyant, la saga est reprise par un éditeur en Grande-Bretagne.

Synopsis

Les visites dans le passé reprennent à l'institut de recherche historique de St Mary.

Maxwell et ses excentriques confrères historiens partent pour de nouvelles aventures à travers le temps. Promue directrice du département d'Histoire, Maxwell va contrer, à l'aide de son équipe, les plans de leurs ennemis qu'ils croyaient neutralisés. C'est l'Histoire tout entière qui est menacée par ces fantômes du passé.

Au bord du burn out, l'historienne utilise ses dernières forces pour maintenir l'équilibre dans l'Histoire et dans sa vie privée. Non sans rudesse, elle doit faire face à l'attaque de Jack l'Éventreur, à un St Mary du futur quelque peu différent, un séjour improvisé à Ninive, ou encore à la mort étrange d'Élizabeth Ière d'Angleterre.

Mon avis

Saga entamée en juillet dernier et quel régal de retrouver cette ambiance un brin barrée qui règne sur l’institut St Mary et sa bande de bras cassés ! À tel point que je suis tombée dans une faille spatio-temporelle la semaine passée et que j’ai enchaîné les volumes. 

On y trouve un ton pince-sans-rire absolument délicieux et des passages qui valent leur pesant de cacahuètes. L’exercice de team-building sous forme de chasse au dodo, notamment, restera dans les annales, je crois. De la comédie à l’état pur.

Mais tout n’est pas forcément à l’humour ici, et c’est là la grande force de l’autrice : vous faire passer d’un registre d’émotion à l’autre en un tour de manche. Rire certes, mais aussi tension, tristesse ou encore frayeur. 

Le tout début par exemple, offre une belle tranche d’épouvante, sur les pas de Jack l’Éventreur. Je vous assure que je n’en menais pas large, accrochée à ma liseuse au beau milieu de la nuit. Jodi Taylor se paye même le luxe de taper dans le fantastique, avec une irruption de paranormal que l’on ne s’explique toujours pas.

Elle nous entraîne ici dans plusieurs époques, pour un volume un peu plus historique que le précédent et sa période Crétacée. La découverte sous l’escalier de la fin du T1 est au cœur des enjeux et emportera certains protagonistes en Écosse, à la cour de Marie Stuart. C’est l’occasion pour Max de prendre de difficiles décisions, qui montrent une fois de plus qu’il y a un vrai côté sombre à cette saga.

On explore ici également d’autres lieux/périodes, à la découverte par exemple des jardins de Babylone (ou plutôt non-Babylone en l’occurrence). Le récit est ainsi plus aux bonds qui se succèdent. Et s’il y a ce qu’il faut niveau descriptions pour assurer l’immersion, ce n’est pas non plus une incursion en profondeur comme on peut trouver dans d’autres romans qui surfent aussi sur cette composante temporelle. 

Le divertissement est cependant assuré et cet opus a également cela d’intéressant qu’il prend à bras le corps même le concept du voyage dans le temps (n’en déplaise au Dr Bairstow pour la formulation), à grand renforts de paradoxes et de réflexions existentielles sur l’œuf ou la poule. Max se la joue ici Back to the future, ce qui entraîne d’intéressants développements. 

En revanche, comme dans le précédent volume, j’ai parfois ressenti une certaine "distanciation" ou je ne sais vraiment comment qualifier cela. L’héroïne annonce par exemple parfois à l’avance ce qui va se passer ou au contraire tait certains éléments, ce qui fait qu’on a le fin mot de l’histoire que quelques chapitres plus loin. Ce n’est pas dérangeant en soit, mais contribue à la singularité de l’atmosphère.

C’est quelque chose que l’on retrouve aussi au niveau de la relation entre Max et Leon. Toujours aussi mouvementée (si seulement ces deux-là communiquaient !), elle me laisse cependant une légère impression de décalage. Ce n’est qu’avec la suite que j’ai mis le doigt dessus, je crois, et je vous en reparlerai dans une chronique ultérieure.


En bref...


Une autrice qui arrive à vous faire passer de la frayeur (Jack) au rire (la chasse au dodo) en moins de deux, tout en surfant allègrement sur les paradoxes temporels. Quel régal de retrouver cette ambiance un brin barrée qui règne sur l’institut St Mary et sa bande de bras cassés !
J'ai beaucoup aimé

Saga Les Chroniques de St Mary / The chronicles of St Mary
3. Une seconde chance / A Second Chance
4. Une trace dans le temps / A Trail Through Time
5. Hier ou jamais / No Time Like the Past
6. En cas de problème / What  Could Possibly Go Wrong ?
7. Petits arrangements avec l'histoire / Lies, Damned Lies and History
8. ? / And the Rest ins History
9. ? / An Argumentation of Historians
10. ? / Hope for the Best
11. ? / Plan for the Worst
12. ? / Another Time, Another Place

Retrouvez plus d'informations et d'autres avis sur la page du livre
Logo Livraddict
 
 


4 commentaires

  1. Haaaa Moi c'est justement le début que je n'ai pas aimé. J'ai lu cette partie et je ne retrouvais pas le coté fun que j'avais aimé dans le premier. Du coup une fois la partie "épouvante" que tu décris (en gros quand ils ferment la porte), la tension m'a tué et je l'ai arrêté la :(

    Mais j'espère avoir les nerfs pour le reprendre un jour xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, ça revient à l'ambiance perchée de d'habitude après ce passage. Mais c'est clair que ça surprend comme début, je n'en menais vraiment pas large du tout (en plus je suis hyper impressionnable avec ce genre d'atmosphère).

      Supprimer
  2. Oh la la, il s'est passé tellement de choses depuis dans cette saga que j'ai l'impression d'avoir lu ce tome il y a une éternité alors que ça fait juste deux ans ! Mais j'avais beaucoup aimé tout le côté historique, surtout l'Elizabéthain. Ceci dit, il m'a parfois manqué quelque chose aussi, notamment dans la relation Max/Leon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dis jamais non à un petit passage en Écosse, surtout avec un voyage dans le temps ;)

      Supprimer